Mise en page Orpheus

Comme je voulais joliment mettre en page un scénario Orpheus écrit et masterisé pendant les vacances d’été, j’ai créer une mise en page scribus que je mets ici à disposition.

Scribus, c’est un logiciel gratuit et OpenSource marchant sur les plates-bandes des onéreux Quark Xpress et Adobe Indesign. Il n’est pas encore parfait, mais convient parfaitement aux besoins d’un utilisateur lambda.

Le fichier zip inclue les polices, les images, et une version presque finie de mon scénario (reste à revoir la fin et finir les aides de jeux).

Les problèmes connues en quelques lignes :

  • Les numéros de page ne se positionnent correctement qu’après un certain temps…
  • Les "filets" (lignes en dessous des titres) doivent être positionné à la main.
  • Les titres de sections des gabarits ne sont pas dynamiques. Si on veut utiliser un même gabarit pour plusieurs section, il faut dupliquer le gabarit.
  • Le fichier est lourd (9.5 Mo) car les images sont en hautes qualités, pour une meilleur impression.

Si vous parvenez à améliorer mon travail d’une façon ou d’une autre, je serais curieux de savoir comment vous avez procédé.

Et si vous voyez des choses à redire sur le scénar, profitez-en, il n’est pas complètement fini !!

Bon téléchargement !!

O’Ween’s

Après le Royal Rumble, auquel j’avais participé lors de la première édition, voici un nouveau concours débile avec rien à gagner autour de l’écriture de jeu de rôle.

Ça a commencé sur Casus NO et j’en ai tiré un petit texte que mon frère à accepter d’illustrer. L’illustration n’est pas vraiment mise en valeur, mais bon, je manquais de place et j’avais déjà un peu triché sur les marges et la fiche de perso. Pas grave ! Je prévois d’en faire une suite, à raison d’un supplément par moi, que je compilerais sans contrainte à la fin. M’y tiendrais-je ?

Chaque année, à la veille de la Toussaint, un Portail s’ouvre vers l’Obscur Royaume. Les Enfants des Nuits en surgissent, jouant mille tours aux humains, et cherchent désespérément un moyen de rester parmi nous. Big Hal, le mystérieux patron du O’Ween’s, un pub typique de la campagne irlandaise, tente tant bien que mal de repousser l’invasion. Pour cela, il drogue d’innocents alcooliques, contraints alors de l’aider jusqu’à la fin d’un rituel de fermeture du Portail. Mais cette année, il a échoué. D’ici un an et un jour, les Enfants des Nuits déferleront sur notre monde.

PS : suite à quelques demandes, j’ai ajouté le dessin de Yann.

La joute de la Mort

Mars 2005 : Salon de jeu de rôle de Gemenos

Je masterise le scénar de base de Post-Mortem à 4 joueurs que je connais à peine. Dans le lot, un joueur qui se remet difficilement du thème de sa nuit blanche incarne Maitre Kanter. Un second, décidant de réaliser un rêve que beaucoup partage, se met dans la peau du spectre de Jarjar Binks.
Bien entendu, le délire est total, ce qui est fort dommage pour les deux autres joueurs, totalement effacés par la performance de bout en train de ceux que j’appellerais désormais Loïc et Mathieu.
Dans le délire, j’improvise à moitié un second scénario, et lance une idée bête à Christophe, le président de l’asso : Post-Mortem pourrais être une super base pour un multitable multijeux, ou les morts rejoindraient la table de Post-Mortem.
Ouverture de la boite de Pandore amorcée.

Octobre 2005 : Domicile de One Eye Pied

Ouf, la dixième joute ne pourra pas se faire en Novembre. Elle est repoussée en avril, ce qui nous laisse un temps énorme pour peaufiner nos idées.
Loïc et Mathieu soufflent avec moi. Les délais étaient vraiment short. A raison de deux réunions par semaine depuis le moi de septembre, on avait pas encore finis de régler tout les problèmes. C’est que mon délire de départ a pas mal évolué. Dix tables de jeux, des joueurs qui meurent, atterissent à la table Post-Mortem pour ressusciter dans un autre jeux, et un fil conducteur entre les quatre moments forts du week-end : les parties du samedi après-midi, la soirée enquête du samedi soir, les parties du dimanche, et le tournoi express de Fight pour finir.

Mars 2006 : Domicile de One Eye Pied

On est vraiment à la bourre. Le soutient que l’on devais avoit pour écrire la soirée enquête n’est jamais venu, ce qui nous a fait passer bien plus de temps sur celle-ci que prévu. Bon, notre réseau d’intrigue est ok, il reste à rédiger quelques personnages et à équilibrer les indices et les pouvoirs. Aaaargh !! On n’aura jamais finis à temps !! Déjà qu’on a du abandonner la création d’un jeu de carte dédié pour revenir à l’idée du tournoi de fight… J’espère que je n’aurais pas de nouvelles frustrations d’ici le début de la joute.
Et ces MJs qui ne répondent pas à mes mails…

2 Avril 2006 : Salle des fêtes de Gemenos

Applaudissements du public, la plupart d’entre eux sont francs. Les retours sont très positifs. Certes, nous avons eu moins de joueurs que prévu, ce qui a dû nous faire revoir notre organisation à la dernière minute, et on a eu un mécontent. Sur 40 personnes, cela reste raisonnable. Si seulement il n’avait pas essayer de gâcher le plaisir des autres. Heureusement les MJ et les joueurs ont su le gérer sans trop de casse.
Que reste-t-il de ses deux jours, que dis-je, 7 mois !? Une soirée enquête au système original mais étrangement efficace, un principe d’échange de table qui créa des situations cocasses et de grand moment de jeux de rôle, un tournoi de fight avec des paris qui fut un grand moment d’ambiance…
Bon, tout n’a pas marché aussi bien qu’on le voulait. Par exemple peut de joueurs ont capter que des éléments d’intrigues identiques était présent à chaque table de jeu, ou du moins, ils ne se sont pas manifestés. Peut être nos indices étaient-ils trop subtils…

Mais là n’est pas la question. Ce tournoi quoi qu’épuisant, fut un grand moment de ma vie de roliste le genre de truc qu’on dis ne plus jamais vouloir recommencer.

Jusqu’à ce qu’une nouvelle idée débile vous traverse le cerveau.

Bonus : Pour ceux que ça intéresse, voici le guide du joueur de la soirée enquête. Et si vous organisez un jour un tournoi, j’ai un évènement tout prêt qui traine sur mon disque dur. Pensez-y !

Grock’n Roll Festival In Aiacciu

‘tain, ça c’est un titre qui pète.

Qui pète comme le formidable concert qu’organise Ghostone, le nouveau groupe de mon frangin.

Ca va être du gros rock, c’est le 26 aout au Casone à Ajaccio, et pour 5 euros et une conso vous pourrez voir 4 groupes corses pas polyphonique.

Je n’y serais malheureusement pas, car l’organisation éclair de l’évènement à eu lieu alors que mes billets non échangeable était déjà acheté.

Je me console en allant voir le superbe site de Ghostone, concocté par Le Schti.

C’est sur www.ghostone.net, et c’est bon.

Toute la BD dans vos oreilles !