OEC 76 : Entre Walker et Drucker

OEC76_logoEntre une grosse angine, une perte de sauvegarde, et diverses autres contraintes, cet épisode aura eu bien du mal à sortir.

Mais bon, il est là, imparfait, vite finalisé, pas trop long… Bref, écoutez le !

Lire

Le FIL Rouge

affiche_dcdb13[2:46] Des Calanques et des Bulles [4/5] :
Vous avez déjà remarqué tous les logos moches en bas des belles affiches de festival ? C’est un des sacrifices qui permet de faire vivre un festival (sauf pour le logo vert avec un œil-bulle blanc).
Pour le festival Des Calanques et des Bulles, Claire, Léa et Élodie sont chargées de récolter les offrandes.

Et puis elles nous parlent aussi de Memento Mori par Rann, Péchés Mignons par Arthur de Pins (et Maïa Mazaurette), et La famille Passiflore par Loïc Jouanigot.


Express

[12:45] Les suites de plein de séries :

The Boys n°17
Invincible n°8
Aslak n°2
Billy Bat n°6
Jeux de Gamins : les chevaliers

Chroniques


[21:35] Histoire de France en BD 
Scénario : Dominique Joly / Dessin – Couleur : Bruno Heitz
Genre : Histoire / Éducative
Les mots de Tio : Historique / Gros nez « gaulois »
Les mots de Pié! : Dense / Simpliste
Les mots d’Isaak : *** / ***


[27:02] Le Héros – Livre 1
Scénario – Dessin – Couleur : David Rubin
Genre : Épopée / épique
Les mots de Tio : Références décomplexées / fin
Les mots de Pié! : Multivers / A l’américaine


[31:23] Blast n°3 – La tête la première 
Scénario – Dessin – Couleur : Manu Larcenet
Genre : Road-trip / Thriller
Les mots de Tio : Douloureux / naturaliste
Les mots de Pié! : Retournant / case-cadre
Les mots d’Isaak : *** / ***


SPLASH PAGE

[36:56] Au vent mauvais 
Scénario : Rascal / Dessin – Couleur : Thierry Murat
Genre : Road-movie / mélancolique
Les mots de Tio : Scotchant / ~
Les mots de Pié! : A quoi bon ? / Contemplatif
Les mots d’Isaak : *** / ***


[Bonus :] Tio nous raconte un jolie conte horrible improvisé avec nos mots !
Et aussi :


Carte BLANCHE à MATH

[50:15] Math « Manga » revient sur ses souvenirs de jeunesse.

Ça tombe bien, ce sont aussi les miens. Gunnm c’était quand même super bien. Mais Last Order, ça vaut le coup ?


ONLINE

lrb12[63:40] Le Ruban Bleu
Le projet sensationnel de Fibre Tigre et Aseyn nous convie sur les traces d’une mystérieuse héroïne. Et avec pas beaucoup de case par jour. Je crois qu’on appel ça du strip. Et moi j’aime bien les strips de mystérieuses héroïnes.


dr_thisaakLe COURRIER du Dr THISAAK

[66:26] Technique et trashage


Générique et jingles : Spanish Samba (Oursvince) / Traditional Eastern instrument Kaval (Tomlija) / file0256_edit (Pooleside) / SPLASH (Petenice) / Hok (JohnLaVine333) / Bamboo (Gmni) / Bangkok Frog (WIM) / End Game – Fail (David Bain) / Dialup (Jlew) / backstraight (Heigh-hoo)


9 réflexions au sujet de « OEC 76 : Entre Walker et Drucker »

  1. Merci.
    Par contre vous me passez un savon! 🙂

    À part ça longue vie à… Non pas vous 😉 mais au Grand Larcenet. J’apprécie tellement ces oeuvres, si prenantes et si graphiques. Je partage votre sentiment sur ce que procure la lecture, on se sent oppressé par cette histoire. Mais je trouves que c’est un bon côté pour nous, une telle force dans l’image et dans l’écrit est favorable pour les lecteurs! Du grand art (une phrase qui fait cliché) mais je n’ai rarement ressenti ça ailleurs, à part dans ces bandes dessinées comme dans le combat ordinaire, mais c’est un autre sujet de débat…

    Merci pour toutes ces bd chroniquées et votre humeur, longue vie à vous aussi pour ne faire aucuns jaloux!

  2. J’ai écouté les deux dernières émissions à la suite, sur celle-là le volume est plus fort, du moins sur l’entame, ça clash ^^

    C’est bien Le Héros !
    C’est ça qui est génial je trouve dans les versions d’Hercule qui ont vu le jour ces derniers temps. Elles sont complètement différentes et apportent un intérêt différent. Rubín est génial dans son approche du Héros à l’américaine et dans le mix entre antiquité et technologie.

    Le Blast T3 m’a vraiment soufflé. Je le suis à chaque nouveau tome, soufflé. Larcenet est assez hallucinant dans cette série, il est fort, très très fort !
    Douloureux oui, on a mal pour Polza, qui pourtant n’est pas un tendre. On sait pas, on sait plus, on est chahutés, baladés, tourmentés. Cette série fait à la fois froid dans le dos et pourtant nous attendrit sur un bonhomme pas forcément attachant au départ. Une contradiction qui bluffe pas mal.
    Je suis vraiment admiratif du travail de Larcenet sur Blast.

    C’est très chouette de parler de Gunnm un peu. Un manga de très grande qualité. C’est moins le cas pour la suite Last Order selon moi mais je partage l’analyse de Math, l’auteur s’embarrasse de longueur qu’on ne sentait pas dans la série originelle.

    C’était plus court cette émission. Du coup vous prenez moins de temps sur les albums mais vous êtes quand même complets donc, c’est parfait 🙂

  3. JE SUIS EN VIE, TOUT VA BIEN! Bon sang vous traquez vos auditeurs! Je vais écouter votre émission, et reviendrai commenter, dans la foulée je donnerai mon avis pour le précédent podcast! I’ll be back (mais siiiiii)!!

  4. Bon podcast! Moments très intéressants avec Blast, je vois très bien la dureté de l’album, la difficulté de l’auteur comme du lecteur, bon ressenti, bravo messieurs. Ça fait du bien de « revoir » Larcenet dans les bacs des librairies, avec aussi la parution de l’édition mise en images de Journal d’un corps de Pennac. Magistrales illustrations de Larcenet.
    Vous nous avez bien parlé d’Au vent mauvais aussi, je ne l’ai pas encore lu et mon impatience a encore triplé de volume…
    Découverte du Héros de Rubin, merci!! Et ravie que vous ayez parlé du Ruban bleu, c’est vraiment bon, ça mérite d’être plus connu!!

  5. Je l’ai annoncé dans ma chronique mais je l’ai pas fait.

    Alors voici un florilège de ce que l’on peut trouver comme clins d’oeil dans Gunnm
    On trouvera notamment beaucoup de références au hard rock

    Par exemple Gally chante Big generators de YES.
    Il y a énormément de références à Blue Öyster Cult un des persos porte le logo du groupe tatoué sur le front, Desty Nova est une référence à Desdinova, l’un des personnages dans I am the one you warned me of et Astronomy, le nom du corps de Gally, l’Imaginos, porte le nom de ce même album.

    La mascotte d’Iron Maiden, Eddie, apparaît parmi les clients du Kansas dans le premier volume. On retrouve également, dans le tome 3, le symbole de Derek Riggs,
    On peut apercevoir les logos de Scorpions et Megadeth comme sponsor lors d’une course de Motorball.
    La mascotte de Megadeth, Vic Rattlehead apparaît dans le public d’une course de Motorball
    Le robot Robby de Planète interdite, ainsi qu’un Dalek sont stockés dans le débarras de Ido. On y trouve également le robot Maximilien du film le trou noir.

    Mais ce ne sont là que de petits clin d’oeil. J’arrive aux 2 gros morecaux :

    -Une planche entière de combat contre des ninjas au premier chapitre du 7e tome est une copie/hommage d’une scène de l’album de Daredevil Elektra lives again de Frank Miller.
    Le style en clair-obscur de Frank Miller période Sin City est d’ailleurs ouvertement utilisé par Yukito Kishiro dans l’album Ashman, qui se déroule dans le monde du MotorBall.

    -Le repaire de Desty Nova, la « Granit house », est une référence à L’Île mystérieuse de Jules Verne (Cette référence a souffert de la double traduction dans la première édition se voyant rebaptisé « Granit Inn » dans la version anglaise traduite du japonais, puis « l’auberge de granite » dans la version française).

    Bref, plus je creuse plus je me dis que que cette oeuvre est vraiment excellente ^^
    J’espère avoir réveillé de bon souvenirs à ceux qui l’ont lu et envie de le lire pour les autres.

    Bonne lecture tout le monde

  6. Bonne mise en avant sur l’histoire de france en BD par Dominique Joly et Bruno Heitz! Après, concernant le niveau, c’est plutôt du CM, voire 6e/5e, en fait je pense. Pas mal pour ceux qui ont un peu d’avance (en CM) ou qui ont des angoisses sur l’histoire en 6e/5e.
    Je trouve que pédagogiquement, c’est bien foutu… Et en plus Bruno Heitz a fait beaucoup de belles bd (« Louisette la taupe » et ses albums pour les petits, « Un privé à la cambrousse » et « J’ai pas tué de Gaulle : mais ça a bien failli… » pour leurs parents).
    Bon sinon, toujours bien cool, hein, et j’ai hâte d’entendre ce que vous allez raconter sur Lastman, à part qu’on sent que les auteurs se sont fait plaisir sans se prendre trop la tête et que ça fait du bien de temps en temps!

    Toujours le seul podcast que j’arrive à écouter jusqu’au bout… (pour ne pas entendre mes collègues, surtout, mais il ne faut pas rogner sur vos mérites!)

Laissez un commentaire !