SP 05 : De l’Alzheimer d’Angoulême

 

Pas d’invité ce mois-ci, mais une réflexion sur les polémiques aux festival d’Angoulême et sur le rythme de sortie des albums.
Et en plus Thisaac revient pour insulter nos poditeurs.

Que du bonheur !

Cet épisode a été enregistré avant le FIBD. On reviendra dans une prochaine émission sur les scandales de l’édition 2016.

[2:41] Previously by Dr Thisaac

Il est de retour !
Et il est pas content.

[17:13] Angoulême et les polémiques

Tio essaye de revenir sur les polémiques autour du FIBD. Le festival en a-t-il besoin pour se faire entendre ?

[32:55] Suivre une série quand on a Alzheimer

Entre les comics mensuels et les mangas bimestriels, comment peut on encore suivre une série annuelle sans perdre le fil ? One Eye Pied assume son age en essayant de comprendre.

Générique et jingles : Disconnected (The Vaporellas)

6 réflexions sur « SP 05 : De l’Alzheimer d’Angoulême »

  1. Bon je croyais qu’il y avait un forum. Je n’ai pas trouvé. Tant pis. Prochaine chronique: pourquoi tous les personnages de BDs ont un sens de l’orientation à ch##r?

    Salut à toute l’équipe. J’espère que vous allez bien dans vos contrées lointaines du Sud(euh) de la Franc(euh). (Avec l’accent s’il vous plait… S’ileuh vous plait.)

    Mon premier commentaire et j’en suis toute joie. Je vous écoute depuis.. longtemps. Je ne sais plus vraiment quand ça a commencé. Je ne sais qu’encore moins quand ça va finir.
    Bref, c’est vraiment très bien. Continuez comme ça. Vous m’avez fait passer pour un idiot riant seul a) en salle de sport b) à la BU c)au labo… bref partout. Merci. Les chroniques sont toujours de qualité et je prend beaucoup de plaisir à vous écouter.

    Ces retours sur l’emissions faits, j’en viens à la Splash Page. En en fait un peu plus.

    Tout d’abord sur le rangement des BDs. Je vous comprend, c’est une horreur. Pour ma part, ma collection perso encore en transit chez mes parents est en piles infâmes. Donc j’ai peu de conseils surle point personnel. Mais, et il y a toujours un mais. (Même en février) J’ai la chance d’assurer la présidence/intendance/hommeàtoutfaire d’une bédéthèque étudiante à l’UTC. Et ranger 7000 BDs.. demande un peu d’organisation. Surtout quand tu n’as que 10 armoires et une cave. Plus que du rangement, c’est une véritable histoire de choix cornéliens pour décider quand la place vient à manquer ce que l’on descend dans la réserve… Car ça représente la mort de la BD au niveau de l’asso. Jamais elle ne remontra sauf en de rares occasions.. et encore. Un autre problème c’est comment alier optimisation de la plac et mise en avant des livres dans un espace si restreint? Comment pousser l’étudiant moyen qui vient entre deux heures de cours à prendre Le Sculpteur de Scott McCloud plutôt que de relire Naruto pour la 60e fois? Un calvaire. Et beaucoup de désillusion quand on est passionné.

    D’ailleurs si vous passez dans le coin, je me ferai un plaisir de vous accueillir 🙂

    Sur Angoulème ensuite. Clairement j’ai été un des premiers à hurler au scandale et à la lapidation en place publique des organisateurs. Sans y être jamais allé. Juste sur les articles, les réactions des auteurs. Et là, un ami qui s’était vu offrir le week end par sa chère et tendre m’a remis en place. Angoulème est pour lui un bon festival qui permet à tout le monde d’être representé et aux visiteurs d’apprecier pleinement leur séjour. Bon, nous ne connaissions pas les coulisses de l’événement (les auteurs paient pour venir !!!! O.O C’est inconcevable pour moi.. ) Je pense alors qu’il faut faire un distinction qui n’est pas assez faite entre les organisateurs, les têtes pensantes qui font de la m##de, et les auteurs, éditeurs qui rendent ça cool.
    Ca n’excuse rien. Mais ca permet de recentrer le débat sur la politique de gestion et d’orientation du festival plutôt que sur l’evenement en soi qui reste, d’après mes retours, une belle vitrine pour la bande desinnée (en excluant ces fichus scandales.)

    Enfin lire avec Alzheimer? Dur. Je connais. J’en souffre moi aussi. Il faudrait faire des cercles de parole pour partager notre douleur.
    Je ne blamerai pas les auteurs qui accomplissent un travail fou. Je pense qu’il n’ya personne à blâmer en fait. Peut être faudrait il arriver à un systeme basé, comme pour Netflix par exemple, sur un editerus qui commence à commercialiser sa série une fois la première saison terminée? Peut être. Ca serait une solution.

    Encore beaucoup d’idées, mais je ne sais pas trop comment les formuler donc je m’arrête la . Continuez.
    A bientôt

    Romain aka Automail.

    1. Bonne idée de chronique, tu viens la faire ? 😀

      Pour pousser les lecteurs de Naruto à lire autre chose, il y a une technique très simple : la translation de jaquette. Bon, ça limite toujours au manga, mais ça peut être un premier pas vers des œuvres un peu plus profonde (dit le gars qui n’a pas lu un Naruto).

      Je suis d’accord, Angoulême vu de l’intérieur c’est sans doute très différent de la perception que l’on en a via les médias et les réseaux sociaux. Mais le problème de la représentation de la BD en dehors des sphères des connaisseurs reste le même…

      En effet, pour contrer mon Alzheimer, un travail de l’éditeur aiderai. Mais ça coûte quoi de faire un simple « previously » ? Il y en a dans les séries TV qui sont hebdomadaires, alors pourquoi pas dans les BDs annuelles ?

      En tous cas merci pour ton courage, j’espère que Thisaac sera clément quand à la longueur de ton commentaire 😉

  2. Merci pour ce nouvel épisode, avec des idées très intéressantes ! Bon, je passe rapidement sur les remarques du Dr Thisaac (enchanté !) : en fait c’est « Des livres et LES mots », pas « des mots ». Eh oui, comme ça la différence semble mince mais bon, c’est pas le même blog ni la même page Facebook et du coup, on a une différence de 987 likes entre elle et moi… Donc j’aimerai bien mais sachez que ce ne sont pas mes oreilles ni mes petites mains et que celles-ci restent secrètes ! Ah, et je suis très déçue d’avoir loupé le débat à propos du rangement de bibliothèque, ça m’aurait intéressé.

    Pour le débat concernant Angoulême, c’est très bien de reconnaître qu’il est très délicat de parler d’une telle problématique de votre point de vue ! Concernant la prochaine polémique, honnêtement, je doute qu’ils soient devenus féministes d’ici l’année prochaine donc c’est à peu près certain qu’ils ressortent une ânerie misogyne. Probablement d’autres âneries pour accompagner. J’attends avec impatience votre podcast au sujet des Faux fauve et autres…

    À propos des séries, je trouve qu’effectivement un résumé est rarement superflu ! Certes, c’est du travail en plus mais ça permet aussi de réorienter le récit quand il n’a pas été question (ou peu) de tel ou tel personnage depuis de nombreux volumes et qu’il réapparaît soudainement (ou pas). Sous forme de planche ou non, d’ailleurs, il me semble que l’important c’est de donner un rappel. Après, j’aime beaucoup les extras (du style arbres généalogiques, descriptions de différentes familles et autre), mais ça n’a pas réellement le même statut. L’attente entre les tomes me dérange pas vraiment tant qu’on a le droit à quelque chose de travaillé et qu’on attend pas non plus cinq ans pour une BD de 50 pages. Après, tout s’explique et les auteurs sont humains donc tout peut arriver, mais c’est sacrément frustrant.

    Je suis un peu réticente à commencer de longues séries, quand elles sont en cours mais c’est plutôt une question économique : j’ai l’impression d’être une vache à lait quand on me propose des séries de 60 tomes et finalement, je préfère mettre mes sous dans plusieurs séries différentes. L’attente est moins problématique à mon sens : si ça fait trop longtemps, je feuillette la BD. Finalement c’est beaucoup plus pénible pour les séries de romans, et du coup je trouve le parallèle roman / récit terminé qui a été fait dans le podcast un peu étrange. Les séries de romans ça existe, et tous ne sont pas comme Robin Hobb… Alors certes, quand on a lu un pavé de 1 000 pages à la Game of Thrones, on a bien exploré l’univers mais ça ne veut pas dire qu’on a pas des milliers de questions et qu’on attend pas la suite avec impatience, surtout quand on nous balance des cliffhangers à chaque fin de tome (au bout de cinq ans on est plus trop impatient, mais bon).
    Tldr : les résumés quand ça fait un moment que le tome précédent a été publié, je trouve ça cool.

    Merci encore du podcast et à bientôt !
    Des livres et LES mots, a.k.a la « chair fraîche »

    1. Le débat rangement de bibliothèque a surtout eu lieu dans les commentaires. C’est le genre de débat qui me fait re-réfléchir à l’ouverture d’un forum 🙂

      Je ne reviendrai pas sur Angoulême, ce sera un des sujets de notre prochaine Splash Page.

      Quant au longue série, je trouve qu’elle permette quelques chose que l’on commence à retrouver en Europe, mais qui est surtout l’apanage des US et des asiatiques : le feuilleton. J’aime bien l’attente quand elle est bien amenée (et que je sais qu’elle ne sera pas trop longue). Certains auteurs excellent dans le genre, et ça en devient un plaisir de suivre leur série plutôt que d’attendre une intégrale.

      Et rassures-toi, au bout de quelques commentaires, Thisaak devient gentil (a moins que ce ne soit réservé à Lunchounet) 😉

  3. juncker = gein – cker

    ^^

    88 bd par mois, ah ouais, pas mal, ça commence à faire… Est-ce que ce serait pas pire chez moi ?

    Oh, j’ai commencé à faire le calcul dans ma tête, mais j’arrête, là, ça me fait peur. On compte les revues aussi? Et les bd en ligne? Et malgré ça, avec tout ce qui sort, ça reste une toute petite partie… Et c’est encore pire en roman !

Laissez un commentaire !