One Eye Club #19 – De la Merde dans les Yeux

Un podcast fatigué pour Tio et One Eye Pied, qui tentent de tenir le rythme !

Lire

Les liens de la quinzaine :

Générique et jingles : Spanish Samba par Oursvince (Licence Creative Commons)

Vous doutez de nos analyses ? Vous êtes un auteur de BD ? Vous savez où trouver du papier hygiénique pour les yeux ? Dites-le sur le blog, sur I-Tunes, ou sur Facebook !

11 réflexions au sujet de « One Eye Club #19 – De la Merde dans les Yeux »

  1. (Mode – En cours d’écoute, le casque sur les oreilles -) Purée, j’ai l’impression de voir tous les bouquins que j’ai acheté dernièrement (hormis le troisième testament) !!

  2. (Mode – Fin d’écoute, je retire le casque).
    Félicitations, c’est toujours aussi sympa à suivre. Vivement le numéro anniversaire !
    Sinon, grâce à vous je me suis mis à lire « the boys » et c’est vraiment sympa comme comics.
    A dans 15 jours…

  3. Pour « Astérios Polyp », la fin ne m’a pas choqué, j’ai même l’impression d’une vraie fin. Pour « Château de sable » effectivement, le manque d’explications m’a un peu déstabilisé et puis, en y réfléchissant bien, je vois difficilement comment ça peut se terminer différemment et surtout, cette fin reste bien dans le même ton que l’ensemble du récit.
    Encore toutes mes félicitations pour le rythme que vous parvenez à tenir !

  4. Alors moi j’ai également adoré Château de sable, je l’ai vite dévoré aussi 🙂
    En écoutant votre chronique vous m’avez fait remarquer des trucs que je n’avais même pas capté en première lecture.. (Les maillots de bain trop petits!)
    Par contre par rapport au trait de Peeters, je ne le connaissais que dans Pilule Bleue, là j’ai bien accroché c’est assez fluide, sauf lorsque tout le monde couche avec tout le monde 😉 j’étais un peu perdue, obligée de revenir en arrière pour être certaine de qui est qui! mais bref j’ai beaucoup aimé, ca tient bien en haleine et je trouve la fin bien 🙂

  5. J’ai lu « Chateau de sable ». Voici mon ressenti:

    J’ai été très touché par le réalisme des relations entre personnage, la psychologie de ceux ci. Cela permet de donner au fantastique un relief important.

    Par contre, je ne comprend pas très bien le message dont la pertinence à du me passer à coté (même si on a bien l’impression qu’il y en a l’essence dans le conte du Kabyle).

    Et puis il y ces décrochements du scénario dont je ne comprend pas l’intérêt, d’autant plus que le reste est très cohérent, et chaque détails à sa place… sauf ceux-ci : pourquoi le kabyle saigne du nez ? Pourquoi le monsieur qui regarde avec des jumelles ? Pourquoi cette scène vers la fin (p79) ou l’on voit un gamin extérieur qui coure vers eux et se faire tirer dessus d’on ne sait ou ?

    J’ai du mal a voir l’intérêt de ces scènes si la fin ne souhaite rien expliquer. J’ai l’impression d’être en face de Lost… et c’est pas pour moi un compliment.

  6. Bonjour à vous deux

    Bravo pour la qualité de votre podcast ! J’ai eu la chance de le découvrir récemment et je suis en pleine session « rattrapage » des anciens numéros.

    Je redoute le moment venu où je vais avoir rattrapé mon retard et devoir attendre 2 semaines entre les épisodes.

    Amateur de bd européenne je découvre les comics et les mangas depuis peu grâce à vous.

    Sauf erreur de ma part vous n’avez pas parlé de la série « Ken Games » dont le troisième tome vient de sortir. Si vous avez l’opportunité je vous conseille cette excellente série.

    Bonne continuation !

  7. Ce que j’aime dans le trait de Peeters c’est ce juste milieu entre le réalisme et la caricature : ses personnages sont très bien définis sans toutefois s’accrocher à la réalité.

    Tu n’as pas eu l’impression que les auteurs nous laissait trop libre dans notre interprétation de l’histoire ?

  8. Ah ! Quelqu’un qui partage mon avis 🙂 Effectivement la comparaison avec Lost me semble intéressante, même s’il y a moins de temps morts dans Château de Sable, et que le « voyage » contient selon moi moins d’incohérence.

    En tout cas, c’est une BD qui fait réfléchir et qui divise, et c’est selon moi une énorme qualité : peut être apprécierais-je plus la fin dans quelques années 😉

  9. De mon coté je redoute le moment ou tu écouteras nos premières émissions 🙂 Nous étions bien moins à l’aise et bien plus maladroit !

    D’ailleurs, tu retrouveras un peu ce ton dans notre émission du mois prochain : avoir des gens en face de nous était plus intimidant que ce que j’aurais cru 🙂

    Je ne connaissait pas du tout « Ken Games », et le peu que j’en ai lu m’a donné envie. Si mon budget me le permet, (ou si le papa Noël est généreux) je vais essayer de me procurer les 3 tomes. Merci du conseil !

Laissez un commentaire !