OEC #47 : Apocalypse Numérique

L’avenir de la BD est il aussi sombre qu’il y parait ? On bien sommes nous alarmiste face à des changements auxquels l’industrie n’est pas prête ? On se pose ces questions avec Merton, mais Yoshihiro Tatsumi, l’auteur de notre splash-page, se les posait déjà dans les années 50 !

Devant cette morosité, nous ne pouvons que vous conseiller de voter pour les OEC Awards, ou de tenter de gagner « La Fille de l’Eau » en participant à notre concours.

Bonne écoute !

Play

[27:33] Express

  • Batman Universe  n°9 (Morisson, Daniel, March,…)
  • Ultimate Avengers n°10 (Millar – Yu)

[32:40] The Boys n°12 par Garth Ennis & Russ Braun

  • On a dis des conneries, mais c’est la faute à Isaac qui nous à piqué l’album !
  • Chez BDZoom au moins ils sont sérieux.

[38:09] L’Armure du Jakolass par Manu Larcenet

[65:48] Online : Mooloozone Comics Mashup par Yop!

Logo du One Eye Club[69:34] Conclusion

12 réflexions sur “ OEC #47 : Apocalypse Numérique ”

  1. On est invité par Merton à prendre la parole dans le débat sur le numérique, alors on partage un peu de ce qu’on a pu constater et de ce qu’on nous a dit quand on posait la question.

    Nous avons rencontré pas mal d’auteurs édités et reconnus. Dans l’ensemble, la BD numérique, ils n’en n’ont rien à cirer. Ce qui n’encourage pas les éditeurs à faire des efforts.

    De la même façon, le lectorat français ne passe pas à la lecture sur support numérique (ou en tout cas, bien trop laborieusement). Au Japon, les supports et les techniques sont bien plus aboutis car (notamment) le lectorats a poussé dans ce sens.

    Egalement, il y a des questions de droits et de rémunération qui se posent car le système actuelle français en la matière ne serait pas du tout adapté au passage au numérique (mais ça, on n’a pas trop compris pourquoi, c’est une piste à creuser ; c’est Richard Malka, scénariste et avocat, qui nous en avait un peu parlé (malheureusement en off…). )

    Notons quand même une belle initiative du festival d’Angoulême qui, l’année dernière, avait proposé sur iphone sa selection officielle dans une appli qui n’était pas désagréable.

    Personnellement, je trouve très étrange cette mode d’éditer sur papier des blogs sur papier. Je ne vois pas l’intérêt. Avez-vous entendu Boulet parler récemment de son blog et de son rapport avec Delcourt ? Il arrête d’éditer ses Notes car il a perdu cette idée de test et de liberté inhérente au blog et à internet dans l’obligation d’un livre à produire. (bon, on peut rétorquer à ça qu’il n’a plus besoin de faire éditer ses notes, car maintenant il peut faire éditer ce qu’il veut, etc…). Par contre j’ai lu sur mon téléphone en case par case très simple de la BD et j’ai trouvé ça bien.

    Au delà de tout ça, il faut aussi prendre en compte que le monde de l’édition est un monde très dure. La durée de vie d’un roman est de 10 jours. Aujourd’hui, 90% des auteurs édités n’en vivent pas. La BD tend vers se modèle et vivait jusque là dans une bulle qui est en train d’éclater. C’est ce qui est arrivé à la littérature et au cinéma. Je dirais que, si on s’y penche un peu, c’est ce qui est en train d’arriver au journalisme. Les américains et les japonais sont sur des modèles de studios qui font qu’ils abordent le problème économique d’une toute autre façon. Mais ce n’est pas la tradition française.

    Bon, tout ça, ce n’est que des bribes de réflexions, des pistes à explorer. Je n’ai pas de réponse, et comme vous, je ne peux pour l’instant que m’interroger et essayer de construire une réflexion (c’est ce que nous essayons de faire avec un oeil sur la bd)

    En tout cas, jolie émission !

    a bientôt !

    1. En ce qui me concerne, je crois que le vrai blocage actuel c’est le support de lecture.

      Je vais faire la galvaudé analogie avec le monde de la musique : avant la prolifération des baladeurs MP3 il me semble que le piratage de la musique était anecdotique, ou du moins réservé à une bande de geek technophile. L’industrie de la musique a camper sur ses positions, en niant l’inévitable transformation de son économie.

      Pour la BD, c’est pareil : tant que la liseuse couleur / tablette dépassera les 100€ il n’y a pas grand chose à craindre. Par contre, lorsque le parc matériel sera développer, si les offres légales ne sont pas alléchantes, le piratage se mettra en place inévitablement.

      Quid des BD faites pour le numérique ? On est dans une autre problématique. Je ne crois pas aux formats spécifiques sur le long terme. J’adore les expérimentations telles le Turbomédia ou la page infinie, mais je pense qu’il s’agit d’un phénomène marginal. La planche de BD restera une référence, car le lecteur de BD attend autant de pouvoir lire des nouveautés que de relire les vieilleries. Et les habitudes ont la vie dure.

      En résumé, ce que j’attend de la BD numérique, c’est une offre complète, abordable,… et la tablette qui me permettra d’en profiter pleinement :)

      1. au sujet de la planche, çà n’est pas qu’une question d’habitude. La planche est exploité « artistiquement ». Des fois on tourne la page et boum on prend un truc en pleine gueule (genre hier en lisant le premier tome Blast je me suis dit ca à chaque page) . Des fois encore mieux c’est une double page.

        Le case par case, ou la page continue ne permettent pas de retranscrire cette sensation.

        La bd numérique demande de développer des formes artistiques qui correspondent au support, il faut trouver les Hergé, Frankin, Tezuka, Stan Lee du 21ème siècle.

      2. Je ne sais pas si le piratage était réservé à une bande de geek, car il y en avait déjà pas mal avec le K7. Mais il est vrai que le mp3 à fait beaucoup de mal à l’industrie musicale.
        Et que je vais faire une tour sur Itunes, que je hais, excepté pour les podcasts, je trouve le prix relativement cher, par rapport à la qualité du produit. Bref Je préfère l’objet, et une bonne vienne chaîne hifi avec des bonnes enceintes… Et je ne suis pas près de passer au numérique, et ce également pour la BD. J’ai un vrai blocage a ce niveau.

        http://toorsch.blogspot.com/

  2. Bonjour et Bonne année.
    J’écoute votre podcast depuis quelques mois et j’écoute enfin l’émission actuelle, après avoir écouter quasiment toutes les anciennes « émissions »
    Je ne suis pas le premier à la dire, mais à cause de vous ou grâce à vous parce qu’au final c’est une bonne chose, ma wishlist de BD à augmenté (même si mon porte-monnaie me dit le contraire).
    Vous m’avez aussi réconcilié avec The boys. J’en ai 3, j’ai bien aimé, mais ma femme pas vraiment (un peu trop « ils sont tous des pourris » qui l’a déranger) et j’hésitais à acheter la suite, mais grâce à vous, je vais continuer cette série (j’étais content d’entendre quelqu’un qui aimait cette série).
    C’est bien d’avoir des news sur l’actualité de la BD, de parler aussi manga.
    Bref continuer, c’est un plaisir d’écouter ce podcat.
    Dernière chose, j’ai regardé un peu vos BDthèques et je serais intéressé pour entendre des chroniques sur les séries suivantes : « De cape et de crocs », « Preacher », »Supreme power », »black jack », »Ray », »Herobear », « Out there »,

  3. Merci pour ce nouvel épisode, que j’écoute en même temps!
    Merci également pour le logo dans iTunes (après la demande des photos :D) Les auditeurs fidèles sont pointilleux ou casse-cou***** :)

    1. c’est souvent à ça que l’on reconnaît un fan ^^ il est pointilleux et n’aime que moyennement que l’on mette tout dans le même sac :D
      C’est un peu comme si on voulait comparer « Lucca turilli » et « Rhapsody Of Fire » en disant que c’est la même musique… Euh, attends un moment, là …
      (Comment ça #HumourDeMétalleux et #Troll-Inside ?)

        1. Oups, je me suis précipiter à commenter et je n’ai pas vu que tu faisais désormais partis de l’équipage! pardon. J’ai envie de me lancer dans les mangas, je verrais si tu me donne l’envie de m’y lancer :P

Laissez un commentaire !