Festival BD d’Aix-en-Provence 2011

Tout n'est pas encore prêt pour ce Week-End

Mea Culpa

Je vis à 20 minutes d’Aix-en-Provence depuis près de 10 ans, et je n’ai jamais été aux Rencontres du 9ème Art. Il faut dire que le festival BD d’Aix-en-Provence propose depuis 2004 des expositions principalement axées sur la rencontre entre la BD et l’art contemporain. Et j’ai beau être fan de BD, l’Art Contemporain ça me branche moyennement.

Sauf que désormais, je me targue d’être un chroniqueur BD tout terrain. C’est donc rongé par les scrupules que je décide d’aller prendre quelques photos sur place.

 

Un conseil à ceux qui comme moi voudraient profiter du soleil aixois pour voir un maximum de choses : n’y allez pas le matin. La plupart des lieux d’exposition n’ouvrent que vers 13 ou 15 heure. Heureusement AIx propose de nombreux restaurants et bistrots aux terrasses sympathiques, et un grand nombre de librairie (Allez à la Bédérie, c’est mes amis :)). En ce qui me concerne, pas de chance. Travaillant l’après-midi j’ai du quitter les lieux en regrettant d’avoir raté « XX MMX l’Association » où des auteurs de l’Association proposaient de revenir sur une de leurs planche passé en proposant ré-interprétation, suite ou détournement.

Heureusement que le festival s’étale du 24 mars au 23 avril, j’aurais l’occasion de retenter ma chance…

…et pourquoi pas ce week-end, pendant que les auteurs seront en dédicace ?

10 ans de Zarmatelier

Depuis 2001 le Zarmatelier permet à des auteurs de se retrouver pour créer leurs Bandes Dessinées dans un cadre à la fois plus formel et plus convivial qu’un coin de studio. La richesse de cette atelier c’est la multiplicité des genres que représente ses membres : heroïc-fantasy, thriller, album jeunesse, album Historique, fable intimiste, science-fiction,…

L’exposition reproduit sur 10 ilots un condensé des tables à dessins des membres actuels. Et comme l’atelier n’héberge que 9  membres, le dernier ilot est dédié aux amis. Car au Zarmatelier il y a toujours une planche à dessin disponible pour les potes de passage.

C’est riche, ludique, instructif, et lumineux. Et ce dernier point a son importance, car il m’a permis de prendre des photos pas trop ratées.

Notez enfin que Richard Di Martino et Bruno Bessadi, co-fondateurs du Zarmatelier, seront les invités de notre HS n°4, en ligne le 24 avril.

Los Tigres del Ring

Une installation sur le thème de la Lucha Libre par Jimmy Pantera, qui a dirigé une anthologie sur le genre pour l’éditeur polymorphe Ankama.

De nombreuses affiches et couvertures de magazine-BD-pulp mexicain agrémente cette exposition pleine de couleur. Une vitrine dédiée aux jouets à l’image des luchadores complète le tableau. Il semble qu’une vidéo soit aussi prévu, mais la télé de l’installation affichait un triste écran noir.

Je regrette aussi l’absence de planches récentes de BD hommage à la Lucha Libre (et je pense aux nombreuses séries de Jerry Frissen). Même si la relation est quelque peu artificielle, il aurait été intéressant de voir comment l’art populaire mexicain inspire l’art populaire franco-belge.

Fire Boxes

Les organisateurs ont remis aux auteurs des boites d’allumettes, à eux d’en faire quelque chose d’intéressant !

Si le support proposé semble grandement limiter les possibilités artistiques, cela n’a en rien découragé les auteurs qui ont fait preuve d’une extrême inventivité. Découpage, collage, montage,… les boites d’allumettes donnent du relief au dessin et permettent des fantaisies narratives oubapesques.

Une très chouette exposition, malheureusement trop sombre pour être appréciée en photo.

CuBDes

Les organisateurs ont offert à 5 artistes une boite de 9m3 afin qu’ils la personnalisent. Une exposition composée de 50% d’humour et de cynisme, et de 50% de belles images et de beaux objets.

Encore un concept anti-photographique, mais ce n’est pas grave. On trouve une grande inventivité dans la plupart de ces cubes, même si certains se contentent de joueur les provocateurs (je pense en particulier aux chiottes de Moolinek).

Vous pourrez donc pénétrer dans le fondement d’un éléphant, découvrir un monde ou les cochons mangent de l’humain, ou tout simplement admirer des sculptures steampunk et des planches de BD.

Une réflexion au sujet de « Festival BD d’Aix-en-Provence 2011 »

Laissez un commentaire !